NOS 1 ANS : mon témoignage d'entrepreneure

Dans: Articles entrepreneuriat au féminin - Le blog de My Choupi Chouz | Paris Sur: Vues: 1315

Aujourd’hui, je fête la première année du e-shop mychoupichouz.com ! Ainsi, pour l’occasion, je souhaite faire un retour d’expérience en tant qu’entrepreneure, fondatrice de la marque My Choupi Chouz et présidente de l’entreprise MCC !

.

Je suis déjà revenue sur les premiers pas du e-shop dans l’article des 6 mois du e-shop.

Je vous avais aussi déjà parlé des galères de l’entrepreneuriat autrement appelées « les joies de l’entrepreneuriat ».

Il y a un an, le 18 février 2018, je lançais le e-shop et il s’est passé tellement de choses depuis ! 

Déjà 4 modèles de chaussures développées en plusieurs couleurs et une trentaine de matières de talons en 3 hauteurs : cela équivaut à plus 500 combinaisons possibles et ce n’est que le début !

Plus de 5 Pop-Up ou évènements qui m’ont permis d’aller à votre rencontre et cela continuera !

Des vidéos My Choupi Chouz sur Internet avec des millions de vues sans avoir encore contacté la presse !

Bref, une belle aventure qui ne fait que commencer !

.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de ce que j’ai appris…

Car l’entrepreneuriat, c’est 10 problèmes/échecs pour 1 réussite, mais on apprend tellement à chaque obstacle que l’on rencontre !

Et puis, on apprend aussi à toucher à tout en montant une entreprise, encore plus que lorsque l’on est employé, et c’est tellement passionnant ! 

Je ne vais pas essayer de vous vendre le "métier d’entrepreneur" ici mais je vais essayer de désacraliser le fait de monter une boite et de se lancer dans le grand bain de l’inconnu et du risque ! 

Et je vais aussi vous parler de qui se cache vraiment derrière My Choupi Chouz. Non, nous ne sommes pas une grosse équipe : un duo depuis peu (ma stagiaire et moi). Non, nous n’avons pas de gros budget (pas d’investisseur, pas de prêt, juste nos clientes qui nous permettent d’exister). Non, nous ne roulons pas sur l’or (il faut travailler dur et longtemps pour récolter ce que l’on a semé).

.

L’ENTREPRENEURIAT OU L’ART DE LA POLYVALENCE !

J’ai envie de balayer avec vous les grands domaines sur lesquels il est pour moi essentiel de travailler. Je veux vous montrer que ce n’est pas parce qu’on a de petits moyens, que l’on ne peut pas faire de grandes choses. Avec un peu de persévérance, tout est possible !

J’ai dès le début tout internalisé par faute de budget mais avec du recul, c’est encore plus enrichissant de pouvoir presque tout faire soi-même. 

En gardant les tâches en interne, cela permet aussi une rapidité d’exécution que l’on n’a pas avec un prestataire externe. On y gagne en temps (à partir du moment où l’on sait comment faire bien sûr) et en argent. Il est évident que le travail est moins professionnel qu’avec un expert mais cela convient pour lancer sa marque et l’amener à se développer dans les premiers temps.

.

LA TECHNIQUE 

Pour ceux qui n’ont pas suivi le début de MCC : petit retour en arrière de 2 ans.

Au départ, My Choupi Chouz repose sur le développement d’une nouvelle technique de verrouillage et de déverrouillage de talons sur une chaussure. 

J’ai appris à dessiner en 3D pour développer le mécanisme sur un logiciel d’architecture : mes restes d’ingénieur de l’ESTP.

J’ai également appris à bricoler avec l’aide de mon père et pendant un temps, je passais ma vie chez Castorama.

J’ai pu faire les premiers prototypes du mécanisme en impression 3D. Merci à Alexandre M. de 3D Natives qui m’a gentiment prêté ma première imprimante 3D avant que je décide d’investir dans ce super joujou !

.

Le mécanisme a finalement vu le jour après 4 mois d’échecs et de recommencement, sur la table de salle à manger de ma mère ou dans la cave de mon père, sans aucune équipe derrière la R&D. 

A ce moment là, je n’avais plus d’emploi et il fallait que le mécanisme fonctionne absolument sinon tout mon projet tombait à l’eau. J’y ai cru et j’ai finalement réussi à faire fonctionner le MCC Clic puis l’ai breveté.

Se lancer dans une rédaction de brevet seule, ce n’est pas simple : j’ai encore beaucoup appris (et galéré)  et avec de la persévérance, j’ai réussi !

.

LE GRAPHISME 

Je n’avais jamais utilisé Illustrator, Indesign ou Photoshop avant de monter mon entreprise mais j’ai néanmoins réussi à dessiner mon logo sans graphiste. J’ai aimé pouvoir le construire petit à petit à l’écrit et retranscrire le dessin pour une utilisation professionnelle.

Très vite, il faut penser au juridique en montant une entreprise : création rime avec achat de nom de domaine, dépôt de marque etc. Tout est plutôt obscur au début car on ne sait pas par quoi commencer ;)

.

LE DESIGN 

Je n’ai jamais su dessiner et ne sais toujours pas dessiner. Encore une difficulté, pensez-vous ?

Mais non, il faut trouver d’autres moyens !

Je sais ce que je veux, ce que j’aime et je crois savoir ce qui pourrait plaire au maximum d’entre vous (et merci les sondages Instagram aussi désormais).

Grâce à des montages sur ordinateur, des essais réels (on coupe et ajuste sur les pieds), j’arrive à développer les modèles My Choupi Chouz qui se veulent être des basiques intemporels que l’on vient customiser grâce aux talons.

.

LA PRODUCTION

Le développement produit prend énormément de temps car ici, je ne peux pas être toute seule. J’avance à la vitesse des usines qui ont aussi d’autres projets sur lesquels travailler… J’ai donc appris à être patiente.

Mais, je vois votre excitation concernant l’arrivée de nouveaux produits, ce qui me rend à la fois heureuse et anxieuse aussi (envie de vous faire plaisir au plus vite).

J’ai également déjà amélioré plusieurs fois le processus de production et quelques détails sur les produits afin de vous offrir une meilleure qualité encore au prix le plus juste possible. 

Par exemple, les talons de 8 cm sont désormais plus facile à manier grâce à un léger changement de design. L’avez-vous remarqué ?

.

LES VISUELS & VIDEOS

Je n’ai encore jamais engagé de photographe ni de mannequin pour les shootings MCC. Heureusement que je fais des chaussures et non de la lingerie, sinon j’aurais dû me mettre à nu :P 

J’ai ainsi appris à être à l’aise devant et derrière l’objectif, ainsi que les bases pour retoucher (si besoin) sur Photoshop, iPhoto ou tout autre logiciel.

J’ai toujours aimé monter des vidéos pour le fun et avec MCC, j’ai encore plus appris à bidouiller. Tout est plus simple avec les tutoriels que l’on trouve sur internet ! 

Evidemment, rien n’est parfait mais on se contente de ça pour le moment et j’espère que vous aussi !

Merci à mes proches (père, mère, amoureux, cousins et meilleure amie) pour m’avoir aidée de temps en temps car il faut être au minimum 2 pour les shootings et je n’avais pas de petites mains avec moi à l’origine (merci à mes stagiaires désormais).

.

LA COMMUNICATION 

Je n’y connaissais rien non plus avant MCC. Dans mon ancien travail de Chef de Produit Parfums, on avait de gros budgets communication pour le développement de visuels et vidéos, des équipes dédiées pour le digital etc. 

Mais en montant une boite, on est sa propre chef de projet sur tous les fronts et c’est génial !

J’ai appris à utiliser les réseaux sociaux de façon pro, à ne pas avoir honte de mon écriture, à raconter ma vie tout en restant professionnelle, à échanger avec des inconnues et à sympathiser avec mes clientes…

Ce n’est pas simple de jongler avec l’algorithme Instagram qui change tout le temps, les règles des réseaux qui évoluent en permanence mais en étant une mini entreprise, on peut aller plus vite que les gros mastodontes !

Parfois, je ressens une overdose des réseaux sociaux car on est constamment sollicité en tant que marque et créatrice. Avant, je me sentais mal de ne pas répondre directement aux messages, mails, chat, mais j’ai décidé de faire de vrais break le week-end : pas de réponse sauf urgence. Il faut réussir à faire une coupure entre la vie pro et perso ! Et les réseaux sociaux ne le permettent pas vraiment. Seulement un peu de volonté et de remarques de la part de nos proches peuvent nous le faire comprendre.

.

LA RELATION CLIENT 

Mail, chat, Instagram, Facebook : il y a désormais plein de points de contacts, peut-être trop même. C’est plus rapide qu’un courrier mais cela implique une facilité d’atteinte pour tout et n’importe quoi.

Le client est roi alors on répond dans la journée mais parfois je m’empêche de répondre trop vite car cela prend énormément de temps et cela nous coupe dans notre travail quotidien. 

.

J’ai remarqué que les clients osaient plus dire ce qu’ils pensaient que ce soit positif ou négatif car on est joignable très facilement, grâce ou à cause de la proximité des réseaux sociaux.

J’adore recevoir des mots doux car c’est vraiment important d’être encouragée et de se sentir soutenue au quotidien.

Néanmoins, en parlant avec d’autres créateurs, on se rend compte que certains clients ont l’air d’être plus exigeants avec nous qu’avec les grosses marques alors que nous sommes seuls à tout gérer, enfin c’est ce que l’on ressent (l’exigence étant plutôt positive évidemment mais malgré l’innovation des MCC, nos chaussures ne sont pas magiques, anti-chocs, anti-rayures et il faut en prendre soin ;) ).

.

Pour 100 messages positifs, un point négatif peut venir nous faire oublier tous les autres. 

Au début, je prenais les choses trop à coeur et j’ai appris à faire la part des choses. Certes, MCC est une partie de moi mais un commentaire sur MCC ne porte pas atteinte à ma personne (normalement). 

Néanmoins, je travaille si dur pour que tout soit parfait alors ce n’est jamais simple de sentir une quelconque déception chez quelqu’un (problème de livraison, pointure, produit, etc.).

.

LA LOGISTIQUE 

Je vous avais déjà parlé de la logistique dans l’article des 6 mois du e-shop.

C’est un pilier du e-commerce très chronophage et il faut travailler dessus sans cesse et à chaque phase de l’entreprise. 

Pour le moment, toutes les commandes sont encore préparées au bureau par ma stagiaire et moi-même. Nous vérifions tous les produits avant envoi et nous essayons de personnaliser les colis un minimum. Bientôt, cela ne sera plus possible mais j’ai d’autres idées pour le développement de la marque.

.

LE E-SHOP

Idem, vous retrouverez quelques mots sur l’article ici.

J’ai tellement appris mais je viens de faire appel à un développeur pour m’aider à gérer quelques bugs. On apprend à prioriser son temps et son budget.

.

LES RH

Apprendre à manager, c’est le plus dur, je pense.

Quelques mois après le lancement du e-shop, j’ai enfin recruté une stagiaire, ce qui veut dire faire entrer quelqu’un dans sa vie pro qui est intimement reliée au perso. 

Gérer la génération Z est aussi un nouveau challenge. De nombreux amis en entreprise ont le même ressenti que moi sur cette nouvelle génération qui voit le travail en entreprise d’une façon différente. Dans une mini équipe, il ne faut pas se tromper et l’implication et la motivation sont indispensables. 

Heureusement, je suis plutôt bien tombée. Une seule erreur de recrutement et vous n’en avez jamais entendu parler…

.

LA FINANCE

J’ai toujours aimé les chiffres alors je suis de très près l’évolution de l’entreprise. Il faut se fixer des objectifs même si on ne sait pas vraiment comment les fixer. L’exercice du business plan bien que chronophage est nécessaire pour faire parler sa vision.

J’ai dû me replonger dans la compta et les chiffres : c’est le nerf de la guerre.

.

Je suis fière désormais d’avoir réussi à lancer la marque avec un Kickstarter seulement et sans levée de fond, prêt bancaire ou appel à l’aide auprès d’amis plus spécialisés.

Je me fais accompagner par un mentor, je rencontre d’autres entrepreneurs qui m’inspirent et surtout, je m’amuse beaucoup. J’adore travailler sur MCC et j’espère que cela durera longtemps.

.

Si vous voulez vous lancer, soyez sûr d’être passionné par votre projet car il vous suivra 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Et soyez entouré par des personnes bienveillantes !

.

Merci à mes amis ou nouveaux amis entrepreneurs avec lesquels j’ai pu partager et m’enrichir (Ralf, Alexandre, Jessica, Nicolas, Matthieu, Frédéric, Edouard, Alexandra, Victoire etc.) et merci à Glenn qui est mon mentor via le Moovjee !

.

Enfin, un grand merci à vous les Choup’s ! Vous qui êtes si bienveillantes, vous qui m’écrivez des mots qui me font sourire et égayent ma journée ! Vous qui croyez fort en la marque et en mes produits ! Vous qui prenez à nouveau plaisir à porter des talons !

Vous êtes désormais plus de 500 femmes à porter des My Choupi Chouz et à m’aider dans la révolution MCC ! Et ce n’est que le début j’espère !

.

Vous êtes encore là ? Merci d’avoir lu mon récit :)

.

Vous gagnez un superbe code promo pour les 1 ans du e-shop, du jamais fait chez My Choupi Chouz ! 

18% de réduction sur tout le e-shop hors produits en promotion avec le code promo : « HAPPY1YEARMCC ». Valable jusqu’au 19 février 2019 18h.

PS : 18% pour le 18 février 2018, vous saisissez !?

.

HAVE FUN IN CHOUZ !

.

Margaux

Commentaires

Laissez votre commentaire